,

Bois local dans la construction : un marché en effervescence (juillet 2021)

,

Pourquoi la certification BTMC™ exige-t-elle du bois sec ?

Le bois est un matériau vivant qui réagit aux intempéries et au temps qui passe. La raison ? Sa complexité cellulaire ! L’eau que l’arbre contient ne s’évapore pas dès lors qu’on le récolte, il garde donc un certain taux d’humidité qui peut nuire à son produit fini. En effet, en fonction de ce taux, les dimensions du bois changent, et ce, dans trois directions : l’axiale, la tangentielle et la radiale. Son anisotropie* peut alors créer des inégalités de dimensions, des voilages, des fentes ou bien encore des gauchissements lors du sciage.

Afin de pallier ces phénomènes, le séchage des bois est essentiel. En diminuant le degré d’humidité du bois par convection, il est possible de conserver sa qualité optimale et sa mise en œuvre en est facilitée. Cela va permettre une protection naturelle contre les attaques de champignons et d’insectes xylophages, mais aussi le rendre plus résistant lors de sa mise en œuvre ou face au détérioration liées au temps.

Une pièce de bois usinée, fabriquée par la Menuiserie Genevrier dans la Loire.

Le séchoir artificiel de la scierie Montmartin et fils dans la Loire.


Cependant, le séchage agit sur le bois en diminuant son volume. Pour assurer les bonnes dimensions lors de la livraison, le scieur s’assure de prendre en compte le retrait dimensionnel, et prévoit une surcote systématique lors de son approvisionnement. Ensuite, il s’assure de l’équilibre hygroscopique du bois afin de ne pas altérer ses propriétés mécaniques, et optimise ainsi, grâce au séchage, son stockage et ses conditions de transformation.

Il est possible de sécher le bois grâce à deux méthodes :

  • la méthode naturelle à l’air libre et à l’abri des intempéries
  • la méthode artificielle grâce à une pompe à chaleur, à l’air chaud climatisé ou la mise sous vide
C’est donc dans un soucis de qualité et de mise en œuvre que le cahier des charges de la certification BTMC™ exige et contrôle le séchage de ses bois en fonction de ses usages.

 


Tableau récapitulatif des normes de séchage des bois


 

CATEGORIE

TYPOLOGIE

TAUX D’HUMIDITE

REMARQUE

Usage structurel
En toiture « chaude » (structure intérieure en milieu sec) H% ≤ 15%, à l’exception des charpentes massives fléchies de plus de 140mm d’épaisseur (feuillus et résineux) pour lesquelles H% doit être inférieur ou égal à 18% ;
En toiture « froide » (charpente abritée soumise à variation hygrométrique) H% ≤ 20%
Chevrons et tasseaux H% < 18 %
Bois de construction (ossature bois) H% ≤ 18% suivant le DTU 31.2
Charpente lamellé-collée H% ≤ 14%
Usage non structurel
Parquets 8%≤ H% ≤ 12% suivant le DTU 51.2
Menuiseries intérieures H% < 13 % pour les pièces chauffées suivant la NF EN 14221 et le DTU 36.2
Menuiseries intérieures H% < 16 % pour les pièces non-chauffées suivant la NF EN 14221 et le DTU 36.2
Parement extérieur H% feuillus ≤ 17% suivant le DTU 41.2
Parement extérieur H% résineux ≤ 19% suivant le DTU 41.2
Platelages extérieurs H% < 18% suivant le DTU 51.4
Menuiseries extérieures H%<16% selon la NF EN 14220

Certains bois de construction considérés comme non structurels comme la volige ou les liteaux ne sont soumis à aucune exigence de séchage. 

Télécharger le tableau en version PNG

 

A noter : Pour un marché public, l’exigence du bois sec selon usage est une obligation. En cas de désordre constaté, la décennale peut être caduque si cette obligation n’a pas été respectée. L’ensemble de la chaîne de transformation doit donc intégrer cet enjeu de bois sec : de la scierie aux poseurs. Le scieur fournit du bois sec (taux humidité selon usage indiqué dans le tableau ci-dessus, par défaut <20%) à son client dès lors qu’il est vendu sous BTMC™.

 

*Anisotropie : État, qualité d’une substance anisotrope, dont les propriétés varient selon la direction considérée. [Définition proposée par www.lerobert.com]

,

Conférence de Presse : focus sur la restructuration du centre de vacances d’Espalion (Aveyron)

En Aveyron, la commune d’Espalion dit oui au bois local pour la réhabilitation de son pôle touristique ! Ce projet 100% aveyronnais fait appel à la certification BTMC™. Les retombées du bois transformé à moins de 30 kilomètres du projet, vont profiter aux acteurs de la filière bois du département.

Cette conférence de presse, qui a eu lieu le 21 avril dernier, a réuni les acteurs du projet : les élus de la commune d’Espalion, les gérants de Charles et Mouysset Charpentes, CM Bois et Habitat (entreprises en cours de certification) et Bois du Rouergue (entreprise certifiée BTMC). Les partenaires de la démarche étaient également présents : l’association des Collectivités forestières Occitanie et l’Association Bois des Territoires du Massif Central.

Cet évènement a permis à la commune d’affirmer son engagement pour la filière bois locale, et d’annoncer son désir de collaboration pour construire d’autres projets en bois BTMC™ !

Les premiers coups de pioche donnés au mois d’avril dernier permettent à la commune d’Espalion de devenir un modèle d’usage du matériau bois dans la construction publique, avec 160 m3 de bois transformé utiles à ce projet ! Le choix du bois certifié BTMC™ pour la restructuration du centre de vacances « Aux portes des Monts Aubrac », c’est la réduction de l’impact carbone du projet, la valorisation de la ressource forestière locale et le développement de l’économie locale (boucle locale).

 

Consultez l’article des Collectivités forestières Occitanie en suivant ce lien

,

PEFC AURA

« La feuille de chêne PEFC », newsletter de notre partenaire PEFC AuRA, nous a fait l’honneur, dans son numéro du mois de mars dernier, de nous faire une place en dernière page afin d’expliquer la démarche de notre marque collective de certification, véritable outil de qualité et de traçabilité du bois.
Merci à eux.
Lire l’article ICI